La Mensuelle musicale avec Kodäma, le 10.2.2018

Kodama 2018 Marseille photo SabineTostainLa Mensueile musicale, par l’association Soul of Marseille le 10.02.2017 avec le groupe Kodäma au Rouge Belle de mai, Marseille – France

Les soirées Soul of Marseille

Ces soirées organisées par Soul of Marseille ont un avantage certain : la bonne humeur et les sourires de toutes ces femmes énergiques et motivées (et quelques hommes aussi – rires). Les choix musicaux, toujours sur la base de leurs envies ou découvertes, tournent autour de ce que l’on nomme la « soul ». Côté nourriture du corps, l’association Nama’k nous prépare toujours des plats du monde certes, mais surtout, revisités par leurs petites touches originales et personnelles. Ces plats et desserts sont toujours délicats et… bons !

La mensuelle de février avec Kodäma

Affiche La mensuelle Soul of Marseille février 2018Ce soir-là, sans savoir à quoi m’attendre pour mes oreilles, je savais que j’y trouverai de toutes façons de la chaleur humaine et du partage, beaucoup de bienveillance. Alors, c’était parti pour la mensuelle de février au Rouge, et pour découvrir sans a priori – même si les filles savent que la « soul » n’est pas toujours ma tasse de thé (sourires) – le groupe programmé, en duo pour l’occasion et leur première date à Marseille : KODÄMA.

Kodama duo Marseille 2018 photo Sabine TostainLe duo, qui avait opté pour le minimum de lumière, a commencé en douceur le premier set. Une voix aérienne, très claire, planante et une instrumentation originale – entre clavier, basse et sons numériques et effets – l’univers proposé provoque une posture un peu contemplative pour le public (j’imagine assez facilement des états de transe sur de plus grosses scènes et avec une mise en lumière adéquate). Et le public présent, curieux, reste en « écoute active », en « pleine conscience » (sourires). Entre bulles de rêves et espiègleries sonores, la sobriété du cadre et de leur présentation dans l’enchainement des titres ont participé à la relation directe avec le public. Ce dernier a été réactif tout le long, quelle que soit l’énergie du morceau ; il a même scandé en chœurs quelques mots de japonais, c’est dire !
Ce que j’ai préféré : les voir tous les deux s’amuser à jouer avec les potards, molettes de leur console et touches de claviers, en adaptant leur live en permanence. Ils étaient contents d’être présents, de jouer et bien accueillis donc… on était contents d’être là avec eux aussi, c’est logique !

J’ai lu après le concert, en ligne, sur leur descriptif la notion de « trip-hop » et je crois maintenant que j’ai compris ce que cela était grâce à eux (sourires). Rien d’étonnant, étant basés à Paris et vu le style et leur fraicheur toute créative, qu’ils aient été sélectionnés pour le Fair 2018. Après La mensuelle musicale, ils jouaient justement à Paris au Café de la danse le mercredi suivant 14 février.

Je leur souhaite un beau chemin et une complicité qui dure avec l’accompagnement professionnel et les conseils du Fair.

Kiala Ogawa : vocals, keyboards, written, arrangement, programming
Thomas Hugenel : bass, guitar, keyboards, back vocals, programming, arrangement

Pour les suites…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.