Mehdi Laifaoui – Trab Project, le 1.9.2017

Mehdi Laifaoui, Trab Project1 septembre 2017 photo SabineTostainMehdi Laifaoui – Trab Project, le 01.09.2017 au Jam, Marseille – France

Mehdi est un artiste curieux, chanteur certes mais aussi arrangeur et plutôt très bon percussionniste. Assez loin du répertoire où le public marseillais le connaît mieux avec les groupes Radio Babel Marseille ou Trio Saba, il construit depuis plus d’un an maintenant, son propre univers musical. Le résultat est le « Trab Project« .

« Trab » comme la poussière ou la terre, et le chant  (« Tarab » en arabe classique) : il y a effectivement le sens de ses racines sur terre bien ancrées sur le Maghreb et le côté aérien des mélodies et arrangements que l’on imagine voler comme la poussière. Un air d’éphémère, comme ces mots que je ne comprends pas mais qui paraissent porter et laisser des traces au passage. Mehdi a heureusement eu la délicatesse entre chaque morceau de traduire ou d’expliquer le contexte de chaque titre de son répertoire pour des ignorants de la langue arabe comme moi. Ignorante aussi de cette poésie arabe des années 30 et 40…

Alors oui, on lit « langue arabe », « percussions, « racines » et on se dit : chouette, je vais entendre un répertoire traditionnel arabe (ou « zut » d’ailleurs pour d’autres, encore un bon interprète mais trop « trad » – sourires).
Oui, il y a du traditionnel dans la forme des chants et les rythmes mais il y a aussi le choix des instruments : basse électrique, clavier, violon électrique… Alors là, cela rend curieux – en tout cas moi cela éveille une certaine curiosité. Et je n’ai pas été déçue puisque j’ai effectivement été surprise. Un peu allergique personnellement aux sons synthétiques de claviers ou habituée à du violon acoustique, le mélange des genres et l’ensemble du set du Trab Project est vraiment original et créatif.

Le propos de Mehdi Laifaioui, est autant de valoriser ces formes populaires du raï bédouin et chant des années 30 (textes pour une partie du poète syrien Nizar Kabbani) que d’y ajouter des sonorités et arrangements plus internationaux du jazz, d’autres sons d’Europe de l’Est, voire aussi de la « dub music » sur quelques titres (ou ce que j’en perçois en tout cas, peut-être l’effet de la basse – sourires).

Un beau projet artistique à suivre !

Mehdi Laifaoui Trab Project 1 septembre 2017 photo SabineTostainCe soir-là, la composition de TRAB PROJECT sur scène était :

  • Mehdi Laifaoui, chant, percussions
  • Christian Fromentin, violon
  • Willy Quiko, claviers
  • Marek Eichler, basse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.